Forum des supporters d'arnaud clement



 Bienvenue 


 
Business et reconversion
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des supporters d'arnaud clement Index du Forum -> Sur le court -> Interview et Article de Presse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 12:42 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Comme vous le savez c'est un sujet qui m'interesse Cool

Je regarde la reconversion des anciens top 100 français pour voir ce qui se fait, je vais ajouter au fur et à mesure mais en préambule je vais parler du tournoi qui va revenir à Lyon avec dans son business des ancien joueurs.

Ascione l'homme qui vampirise le tennis français Laughing Caujolle le directeur de Marseille et Tsonga qui se trouve là un futur boulot de directeur. Interessante la position de Lionel Roux dans ce dossier. Voilà deux article de cette semaine




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Oct - 12:42 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 13:00 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

D'abord des joueurs au même moment qu'Arno

Seb Grosjean est coach, ambassadeur à Orléans, directeur à Montpellier, propriétaire à Anvers,, organise des exhibitions en Espagne avec des vielles gloires, bosse avec une academie en Floride entre autres Laughing

Escude a été coach, est preparateur mental, ambassadeurs avec Brest, bosse avec Artengo, est commentateurs télé

Santoro est commentateurs, fait beaucoup d'exhbitions, a des actions dans des starts up lié au tennis.

Ascione le cas il est partout Shocked coach, proprietaire d'academie, gestionnaire de l'asso des joueurs de tennis, a un entreprise de construction de terrain de padel avec Escudé, est actionnaire du tournoi de Metz, a une entreprise de défiscalisation et maintenant le tournoi de Lyon Shocked et il commente aussi parfois

Pioline occupe des emplois donner par la FFT ou il se plante responsable du haut niveau, speaker, entraineur de Davis, co directeur de Bercy

Llodra est commentateur, fait du negoce de vins et s'implique dans le mouvement sportif frnaçais et est ambassadeurs de plusieurs challengers

Des Devilder ou Haenel sont devenus coachs comme Cyril Saulnier qui s'occupe de Genie Bouchard et est le boss d'une academie en Floride

Serra est devenu consultant tv et radio sur de grand médias Canal Plus, Eurosport, RMC

Gicquel est coach dans l'academie d'Ascione et bosse dans des challengers bretons

Boutter est patron de tournoi de metz actionnaire d'une société de banc de tennis, a une entreprise qi fait des formations en entreprise ou du genre

Varlet est consultant et est le boss d'un gros club parisien de tennis.

J'en oublie et la plupart ont de SCI d'immobiliers Laughing

On note que la plupart voir tous sont dans le tennis et comme le milieu est pas immense pas facile de trouver sa place


Revenir en haut
Leslie


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2010
Messages: 5 672
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 13:28 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

En résumé beaucoup de postes occupés par un nombre restreint. Pour certains, Grosjean en particulier, je me demande comment il est possible de se consacrer efficacement à autant de choses.
Que quasi tous soient restés dans le tennis me parait logique.

Pour le futur tournoi de Lyon je trouve que c'est vraiment dur pour Roux mais c'est le business Rolling Eyes . Il doit etre bien deg quand même parce que c'est la mort de son tout jeune challenger et puis lui proposer le poste de directeur alors que tsonga lui prendra sa place dans les 2,3 ans je comprends qu'il ait refusé et puis il a sans doute des principes lui.


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 13:30 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Sujet intéressant mais très compliqué d'avoir des infos...

Comme cela, dans ta présentation je ne comprends pas trop le fait de tout mettre ensemble. Il y  a des choses plus concrètes que d'autres sans doute et des choses qui me semblent moins faire reconversion que d'autres.

Les sci rien que de très classique, quand tu as de l'argent, avoir une sci est un grand classique. C'est souvent une précaution d'héritage pour les enfants par exemple.

Ensuite le constat que tu fais est très globale à la société. Le boulot notamment tout ce qui est business et/ou concurrentiel c'est surtout une histoire de réseaux et de moyens avant même de parler de compétence qui n'arrive qu'àprès.
Donc forcément, le tennis où les activités liés au tennis reste numéro 1 en terme de reconversion pour les dits tennisman. Et plus ils ont d'argent et de réseaux, plus dans un premier temps au moins ils ont des oppotunités.
Après une fois installé, cela facilite la multiplication des projets et selon leur ambition, leurs entourages, etc... c'est assez commun de voir des gens multiplier les activités, essayer d'avoir un contrôle de plus en plus important. On voit cela un peu partout. Dans mon domaine de boulot sur la santé donc rien à voir avec le tennis, c'est vraiment pareil, les même personnes, ou groupes, des associations multiples etc.. et des business développé autour d'une activité. Ce n'est pas rare de rencontrer quelqu'un qui possèdes plusieurs centre de santé, une sci aussi d'ailleurs quasi tjs (avec les locaux des dits centres au  minimum) et ensuite des société commerciale autour de leurs activités.


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 14:09 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Les SCI c'est parce que ceux dont ils ont l'air de pas en foutre une Laughing peuvent avoir des revenus par ailleurs.

Pour le tournoi de Roux Lyon étant très grand il pourrait survivre mais c'est une sacré épine et pas sûr de vouloir etre à un poste ejectable qu'on te laisse par pitié.

Pour certains comme Ascione ou Grosjean ça dépasse l'entendement et des conflits d'interêt apparaissent Wink Ils font du business d'accord mais il y a des choses qui me gêne Wink

On voit que certains qui ont des carrière plus discrete que d'autres on des postes sympa comme commentateurs.

Il fat voir des joueurs plus anciens.

Raoux est un cas très intéressant lui a une activité principale hors tennis.

Forget comme Ascione ou Grosjean il occupe tellement de gros postes qu'il vampirise l'espace. Leconte on sait pas trop mais il a essaye un milliard de choses dans sa reconversion Laughing

Proisy, Stephane Simian on trouve des profils différents mais globalement beaucoup sont caoch comme Tulasne, bosse à la fédé comme Wino etc bref il y a peu de places et certains en prennent dix Laughing

La reconversion consiste quand même à se vendre pour ces anciens joueurs Wink si t'as pas la bosse du business ou que t frappes pas aux portes c'est un peu dur.

Je trouve que les reconversions sont limités et rarement originales et certains sont à mon avis trop présent dans ce petit milieu du tennis français. On comprend que certains se battent pour des postes à la fédération ou une fois coach bouge pas trop leur joueur.


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 14:34 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Oui enfin le truc c'est que je trouves ton poste remplie de sous-entendu, en gros arnaud va échouer ou n'a rien.
Alors qu'il est actuellement hyper bancale, même si, intéressent sur certains aspect.
Bon forcément parce qu'arnaud arrive plus tard sur le marché que d'autres...

Ensuite parce que cela dépend de quelle reconversion on parle. En caricaturant, une reconversion financière ? de quel ordre en vivre, devenir multi milionnaire, etc.. ; une reconversion passe temps ? une reconversion plaisir ? etc... en sachant que ses choses se mélangent.
La sci c'est intéressant mais forcément complexe, cela pouvant être une source de revenu très conséquente comme faible voir inexistante... Et c'est effectivement un aspetc parmi bien d'autres, qui peut faire qu'un ancien tennisman puisse ne pas avoir de nécessité à bosser. d'où forcément un aspect  majeur qui nous échappe.

et je trouves cela marrant de voir certaine présentation quand on voit ta présentation d'arnaud. Qui pourrait être présenté ainsi : co-directeur du tournoi d'aix, commentateur sur france télé, investi dans la vie sportive et culturelle aixoise, actionnaire d'un bar à vin, ancien capitaine de cd, sous contrat lacoste.

Perso je pourrai me présenter ainsi, propriétaire de mon appart, actionnaire de sociétés côtées en bourse, ancienne actionnaire de sarl, employée lambda,
bon sauf que si détaille il devait avoir, propriétaire serait plutôt doit rembourser son crédit à sa banque Laughing , le pea ne me rapporte pas énormément et ne me prends aucun temps, en gros j'ai juste des part très minoritaire de SA et c'est ma banque qui gère, je ne serai même pas dire là de qui je suis actionnaire, l'ancienne sarl me rapportait strictement (200euros à l'année imposable) rien voir était négatif par rapport au temps investi.

Et pour parler de tes exemples.
grosjean est co-entraineur d'un joueur top 20, c'est évidemment un poste très convoité et très rémunérateur. ambassadeur me semble être un poste pouvant prendre très peu de temps. directeur à montpelllier c'est déjà plus prenant, propriétaire ne veut absoluement rien dire si ce n'est qu'il a un peu d'argent Laughing mais en terme de temps, d'implication et de revenus plus flou c'est compliqué, l'orag bon là je ne connais, ni le nb ni son rôle, etc... et pareil pour son rôle dan l'académie qui peut être très vaste et donc varié en terme de temps. et t as oublié commentateur sur bein qui n'est pas réputé pour mal payer.
Bre,f oui il est en réussite clairement, on peut admettre facilement qu'il doit très bien gagner sa vie. En terme de temps il est forcément très occupé, même si, pls activités peuvent être faire de façon très en dilettante ou en déléguant.

escudé, par exemple, parce que je ne fais pas tous les faire, là pour moi c'est déjà beaucoup plus flou. Je ne pourrai pas affirmer qu'il est en réussite de reconversion mais il n'est pas là depuis des années et des années.
LLodra c'est vraiment pareil mais lui débute vraiment sa reconversion, aujourd'hui franchement dire sa reconversion est bonne quelque soit la base (argent, plaisir, ambition, etc..) c'est pas simple.
pioline, gicquel, serra, me semble eux aussi dans la catégorie reconversion bien mais rien d'exceptionnel non plus et savoir si cela leur convient me semble pas évident.

alors que grosjean, ascione cela me semble plus évident que eux ils sont bien actuellement.

Santoro de façon gratuite car vraiment ce n'est pas évident me semble lui se satisfaire et se plaire dans ce qu'il fait. Au bémol près qu'il aimerait bien entrainer un grand joueur, mais c'est pas forcément non plus quelque chose qui le désepère.


Revenir en haut
Leslie


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2010
Messages: 5 672
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 14:53 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Je suis d'accord que c'est quand même assez flou ou très récent pour certains et que faire ce genre de liste d'activités n'a pas forcément de sens car on ne sait pas ce que chaque activité représente réellement pour la personne. Escudé et Llodra je ne saurais dire non plus à l'heure actuelle si on peut parler de reconversation réussie et puis ça dépend évidemment aussi de leurs propres attentes. Effectivement pour Arnaud si on retient le même type de présentation en tout logique c'est exactement ce qu'à posté croline "co-directeur du tournoi d'aix, commentateur sur france télé, investi dans la vie sportive et culturelle aixoise, actionnaire d'un bar à vin, ancien capitaine de cd, sous contrat lacoste". Enfin j'espère qu'on est pas en train de repartir sur un jugement sur Arnaud en le comparant aux autres car dans ce cas le sujet ne m'intéresse pas.

Pour Grosjean je vois 3 activités qui prennent du temps : coach de Gasquet, commentateur/consultant à l'année sur Bein et directeur de Montpellier, plus le fait qu'il était pas mal investi à Orléans. C'est une grosse réussite mais je me demande juste comment il peut tout faire à 100% donc la question serait pour moi vaut il mieux multiplier les activités quitte à ne pas pouvoir tout faire à fond ou en avoir moins mais y être totalement investi ? Je pars évidemment du principe que Grosjean ne peut pas tout faire à fond (en terme d'investissement personnel pas en déléguant) mais peut être que c'est un surhomme.

Sinon il est vrai que ce n'est pas propre au milieu du tennis le très peu de personne occupent tous les postes et puis on parle de gens qui ont eu une vraie carrière dans le tennis pour la très grande majorité de ceux cités plus haut.

Là où je rejoins totalement croline si j'ai bien compris son propos c''est qu'il y a l'apparence de réussite et comment la personne en question perçoit sa réussite. Certains diront (le grand public on va dire) un Ascione ou un Grosjean ont archi réussi alors que untel non en comparaison mais peut être que le untel lui est très content de sa reconversion parce qu'il fait quelque chose qu'il aime et qui lui convient et tout le monde n'a pas envie non plus d'être au four et au moulin. Ce sont deux choses différentes.


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 16:37 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Je cite ce que je sais de chacun.

Je trouve que ça pointe des problèmes en dehors de la faiblesse de la diversité, d'un les consultants, comme dans d'autres sports ça devient très convoités et c'est un peu la guerre pour les places Laughing et j'avoue que j'en trouve certains très bien installés pas bon Rolling Eyes Pour les coachs c'est pas simple, beaucoup doivent faire cela pas dépit

Pour Grosjean ou Ascione comme Forget il y a de vrai problèmes de conflits d'interet et ça me rejouit pas Evil or Very Mad Ils font beaucoup ou sont mis en avant mais c'est humainement pas possible d'etre partout Mr. Green C'est bien de créer des choses et de donner du boulot à d'autres mais il faudrait ne pas créer de problemes de connivence et mettre en avant ceux qui bossent vraiment.

Je trouve ce petit milieu pas très sain et quand tu vois la faiblesse des reconversions possible, tu vois que ton reseau vaut plus que la compétence.

Je ne sais pas ce que la federation fait pour ces joueurs qui ont brillés mais on sent pas que c'est très accompagné


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 17:18 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Bah en faite le truc c'est que je taquinais en partie, disons que voir certiane présentation quand on voit qu'arnaud est décrit comme un loser m'a fait doucement rire.

Mais sinon et j'y reviendrais bien plus longuement tant c'est vaste.
1)Oui c'est un secteur comme un autre d'hyper concurrence avec de l'argent et donc forcément des stratégies de développement particulière qui tendent à chercher une certaine emprise.

2) évaluer une réussite de reconversion est très délicat tant la dite réussite dépend des uns et des autres, caractères, ambition, vie, notamment. ce sont également des éléments qui évoluent dans le temps.La faiblesse de la diversité par contre je ne suis pas du tout d'accord, il y a vraiment 1000 et une choses très différentes, rien que dans ta liste. Ensuite bon courage pour trouver un milieu où les réseaux ne comptent pas plus dans un premier temps au moins que les compétences...

3) Pour l'idée que l'on devient coach par dépit, je trouves là encore que c'est bien plus complexe. Comme l'idée que réussir dans le tennis serait moins bien que dehors du  tennis, il y a pas de vérité, et surtout la plupart des anciens pro sont aussi et avant tout des passionnés à la base et c'est souvent aussi leur premier lieu de compétence.

4) l'accompagnement des anciens pro et sans doute un sujet très intéressant, avec probablement dans le tennis une faiblesse forte là-dedans, alors qu'il y a pourtant de l'argent. Mais vu qu'il n'y  a pas de politique à moyen terme, et beaucoup de copinage avant tout vu de loin en tout cas, si on ne peut pas dire qu'il y a rien (beaucoup travaille ou ont travaillé pour la fédé quand même, sans aller jusqu'au propos de rosset sur le pole emploi du tennis français = la fédé) ou en tout cas c'est 'limpression que j'ai, il n'y a pas forcément plus que cela de continuité ou de développement individualisé pour eux.
Maintenant, un bémol quand même, la plupart ont des moyens, peuvent bénéficier d'aide, et bon c'est aussi à chacun de se prendre en main. Mais l'exploitation des ressources ne me semble pas optimal du tout.


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 17:33 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

C'est un tableau pour voir un peu plus large. et voir comment même une fois la carrière finie souvent il y a de la concurence entres anciens joueurs

Pour Arno j'ai jamais dit que c'était un looser mais qu'il avait une reconversion calme et difficile , rien qu'il l'occupe à l'année Wink

Je sais pas si vous avez lu l'article sur Laurent Blanc ce matin, ca parle de sa vie après le licenciement brutale et d'une certaine manière on peut faire des parallèles avec Arno c'est interessant ce qui est écrit. Sauf qu'Arno il a pas signé la clause de non denigrement Laughing

«
Citation:
Lolo, je crois que tu es sur la sellette » Youri Djorkaeff

Il n'a pas vu venir le coup. Lorsque, le 3 juin 2016, Nasser al-Khelaïfi, président du Paris Saint-Germain, le « flingue » entre les lignes lors d'un entretien donné au journal le Parisien (il annonce notamment de « gros changements » et le début d'un « nouveau cycle »), Laurent Blanc est en vacances en famille à New York, baladant dans les rues de Manhattan son aura d'ancien champion du monde et sa couronne de laurier d'entraîneur du PSG vainqueur de onze trophées (nationaux) en trois ans. Ce fameux week-end des 3 et 4 juin, Laurent Blanc est en fait invité à New York par Youri Djorkaeff, qui organise pour sa fondation un gala de bienfaisance et une rencontre de foot amicale dans la Red Bull Arena (New Jersey), en compagnie notamment de Christophe Dugarry, Robert Pirès, Patrick Vieira, Thierry Henry et David Trezeguet.

Alerté dès le 3 juin par ses copains de la teneur de l'interview d'Al-Khelaïfi, Blanc est le seul à ne pas s'inquiéter des propos de son président. « Quand on a su ce qu'avait dit Al-Khelaïfi, on était avec Laurent autour d'une table, raconte un témoin. Tout d'un coup, Youri lui lance : "Lolo, je crois que tu es sur la sellette !"Laurent lui a alors répondu en rigolant : "Mais non, t'inquiète pas, c'est pas pour moi !"Même si Laurent est très fort pour cacher ce qu'il pense, je ne crois pas du tout qu'il bluffait. Il ne s'attendait vraiment pas à ce que cela le concerne. D'ailleurs, regardez les photos du week-end, il est super souriant ! »

D'autant plus souriant que le lendemain, lors du match des « légendes » contre une sélection de joueurs amateurs et professionnels, des supporters français du club parisien acclament le « Président » et déploient en tribune une banderole du PSG. À cet instant, Laurent Blanc, sûr de lui (en février, il a prolongé son contrat jusqu'en 2018) et incrédule, est loin de se douter que, à Paris, sa statue a déjà été déboulonnée en coulisses. Six jours après, Jean-Pierre Bernès, son agent, ne semble pas davantage informé.

« Laurent Blanc est aujourd'hui en vacances, déclare-t-il le 10 juin. Il n'a pas encore eu d'appels, ni de discussions avec ses dirigeants, moi non plus. »

Pourtant, le 22 juin au matin, l'entraîneur parisien signe l'accord de résiliation de son contrat, en présence de Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du PSG, et d'Olivier Létang, directeur sportif adjoint. Nasser al-Khelaïfi, lui, ne vient pas. Au siège du club et dans une ambiance froide, la rencontre ne s'éternise pas. Ni grands discours, ni scène d'amour, ni règlements de comptes. Laurent Blanc, sans états d'âme, du moins en apparence, quitte le club avec 22 M€ (charges comprises) pour lui et son staff.

En thérapie sur les greens
« Heureusement qu'il a eu le golf juste après l'histoire du PSG » Xavier Lempereur, un ami

Le 23 juin, Laurent Blanc, debout mais sonné, vide son vestiaire. Le 27, la nouvelle de son licenciement est officielle. Le 29, touché mais la tête haute, il participe au Pro Am de Saint-Quentin-en-Yvelines, puis, le lendemain, fait bonne figure à l'Open de France à Guyancourt. Et c'est ainsi que le mois de juin « mortel » à peine terminé, et le choc pris pleine face encore douloureux, le golf, son amour glamour de toujours, vient à sa rescousse, comme thérapie de luxe. Alexander Levy, golfeur français professionnel, l'a rencontré le 30 juin dernier lors de l'Open de France. « C'était trois jours après son licenciement officiel, confie le golfeur, fan de l'OM. J'ai un peu discuté avec lui. Bien évidemment, il était triste mais au bout d'un moment j'ai senti qu'il réussissait à profiter de l'instant présent et qu'il ne pensait plus à son licenciement. Lors d'une partie de golf, il faut être concentré et ne penser à rien d'autre. Je pense que Laurent Blanc s'est servi du golf pour faire le vide dans sa tête. »

Faire le vide pour mieux se relever. Après avoir rapidement déménagé à Bordeaux et retrouvé son quartier du Bouscat (où vit également Willy Sagnol), Laurent Blanc foule avec ses trois fils le golf du Médoc et celui de Montpellier Massane, tout proche de sa maison secondaire de Carnon-Plage, où Xavier Lempereur, ancien golfeur professionnel devenu coach de golf et ami de l'ancien défenseur il y a plus de dix ans, le retrouve chaque été : « J'ai connu Laurent juste après son départ de Manchester United (en 2003). Ses enfants allaient à l'école internationale bilingue construite sur le parking du golf de Montpellier Massane, où j'étais déjà coach. Il voulait suivre des cours car il allait prendre une année sabbatique. Lors des premières leçons, je tremblaiscomme un malade ! C'était quand même Laurent Blanc ! Depuis, cela fait dix ans qu'il vient ici tous les étés. Je suis devenu proche de toute sa bande. »

Et notamment de tous ses grands copains golfeurs, Alain Boghossian, Antoine Kombouaré ou Alain Roche, que Blanc a côtoyés plusieurs fois sur les golfs pendant l'été. « Laurent, heureusement qu'il a eu le golf juste après l'histoire du PSG, affirme Lempereur d'un ton plus grave. Le pauvre, il n'a rien compris (à son licenciement). Et heureusement que c'est tombé fin juin, pendant les vacances, car ça lui a fait un grand bien de pouvoir aller jouer sur le grand parcours avec ses trois fils, qu'on appelle les "lascars" ! Comme Laurent, ils ont l'air un peu fermés, ils sont très réservés. Je pense qu'ils ont peur de faire ou dire des conneries par rapport à leur père. Le golf, c'est la bulle de Laurent. Le seul endroit où vous le voyez sourire, où, avec ses garçons, il est heureux comme un pape. »

De là à dire que cet été, en apparence détendu sur les golfs de France et d'Europe (il a aussi joué en Espagne et en Écosse), Laurent Blanc avait le coeur léger, il y a un « par ». « J'étais avec lui à Saint-Étienne en septembre pour le Sport Am Vert For Ever, poursuit Lempereur. Je l'ai trouvé top. Cela dit, Laurent est quelqu'un de pas très expressif, qui garde les choses en lui. Bien sûr qu'il a mal, mais se lamenter, ce n'est pas du tout son genre. Alors, nous, à aucun momenton ne l'a enquiquiné avec le PSG. La seule fois où on en a parlé, c'est quand tous les deux on a dit en riant à Antoine Kombouaré que maintenant, on allait supporter Guingamp ! »


Christian Lopez, ancien Vert et grand ami de Laurent Blanc, connaît lui aussi la capacité du Cévenol à planquer sous cape la colère ou la peine. « Le golf, pour lui, c'est une échappatoire, raconte l'organisateur du Sport Am Vert For Ever. Je l'ai vu juste après son licenciement. La seule chose que je lui ai dite, c'est : "Écoute, je ne vais pas t'emmerder mais ce qu'on t'a fait, et la manière dont ça s'est passé, c'est vraiment pas propre."Il m'a répondu : "Ne t'inquiète pas pour moi."S'il était au fond du trou ? Je pense que oui, surtout qu'il a fait des choses extraordinaires avec le PSG. Il a quand même pris un gros coup sur la gueule, D'accord, il a pris un gros chèque, mais pour vivre, il n'a pas besoin de ça. Et à choisir, il préférerait être sur le banc. »

Et, pendant sa « convalescence » sur les greens, Blanc préférerait aussi qu'on ne le salisse pas. Dernièrement, heurté par des déclarations de joueurs vantant un peu trop à son goût les atouts d'Unai Emery (à l'image de Thiago Motta, entre autres), il a demandé aux dirigeants du PSG qu'ils fassent respecter auprès des joueurs la clause de non-dénigrement signée par les deux parties lors de son licenciement. Preuve que le « Président », informé, susceptible et à vif, n'est pas à l'épreuve des balles, des mots et des retournements de maillots.

Fantasmé sur la toile
« Leur prendre 22 M€, pour lui, ça été comme une vengeance » Un champion du monde 1998

Yvonne, la mère de Laurent Blanc, est inquiète. Cet été, dans le petit village de Rousson (Gard), où son fils a grandi, elle a confié à un proche : « Mais tu ne crois pas qu'il pourrait arrêter, maintenant qu'il a gagné autant ? » Et si elle se pose la question, c'est parce que, de son propre aveu : « Quand il vient à la maison, il ne nous parle jamais de football. »

Et aussi parce que, pendant tout l'été, les rumeurs sur la Toile vont bon train. Annoncé à Galatasaray en juillet puis à Fenerbahçe en août, l'avenir immédiat de Blanc sur un banc fait déjà fantasmer. Info ou intox, de toute façon on imaginait mal Laurent Blanc s'exiler dare-dare vers le Championnat turc. Partir outre-Manche, en revanche, ça oui. Lorsque fin juin The Independent affirme que le manager français fait partie des favoris pour succéder à Roy Hodgson à la tête de la sélection nationale, le tout avec l'appui de poids de David Gill, vice-président de la fédération qui l'avait connu à MU, la chose est prise au sérieux. Sauf que : « Le nom de Blanc n'a été mentionné que très brièvement dans la presse anglaise, nous dit un confrère britannique. EtDavid Gill a confié qu'il n'avait aucune raison de prendre parti pour lui et qu'il ne l'avait pas fait. » Ce qui est certain, en revanche, c'est que, dans l'intervalle, Blanc n'a pas donné suite à une proposition de Canal +. N'ayant que mépris pour les anciens joueurs devenus consultants qui, dans son esprit, crachent dans la soupe. il n'a aucune intention de passer de l'autre côté du miroir.

Tout début septembre, pour leur rentrée sur la chaîne cryptée, les Guignols réalisent une parodie du licenciement de Blanc en reprenant la pub du parfum « One Million » (allusion détournée aux 22 M€ d'indemnités), où l'ancien entraîneur du PSG, rebaptisé « le chômeur le plus riche de France », claque des doigts en smoking noir sous une pluie de billets verts, dans une ambiance « le fric, c'est chic », un brin provocatrice. En coulisses, on le dit d'ailleurs plutôt content de son coup (financier), lui qui déclare même à des proches inquiets pour lui : « Ne vous inquiétez pas pour moi, tout va bien. J'ai pris pas mal d'années de salaire ! »

Loin de penser que l'argent fasse actuellement son bonheur, un ancien champion du monde avance une explication plus subtile, plus guerrière : « Quand ils l'ont viré du PSG, Laurent ne s'y attendait pas, et encore moins à la manière. Il s'est dit : "Ils n'ont vraiment aucun respect." Alors leur prendre 22 M€, pour lui, ça a été comme une vengeance. »

En vacance(s) tout l'hiver ... ou pas
« Lolo je le connais, il va vite avoir des fourmis dans les jambes » Un ancien coéquipier

Lundi dernier, palais des sports d'Issy-les-Moulineaux. Laurent Blanc participe au match de gala de la Diomède Cup (organisée chaque année par l'académie Diomède) en compagnie de dix autres champions du monde 1998. Alors que Lizarazu, Thuram, Karembeu ou Pirès jouent le jeu des médias, Blanc refuse catégoriquement de répondre à la presse, y compris à RMC Sport, sponsor de l'événement. « Vous me faites chier avec vos photos », lance-t-il plus tard depuis son banc à deux photographes.

Contrairement à tous les autres, Deschamps y compris, il ne descendra pas non plus au cocktail dédié aux invités et partenaires de l'association. Hors de l'intimité des parcours de golf ultra select et protégés, Blanc, tout sourire avec ses copains de France 1998, semble plus que jamais à cran face aux médias et aux inévitables intrusions d'éléments indésirables dans sa bulle dorée. À ce stade de la saison, le monde du golf l'apaise. L'environnement du football le hérisse. Pour preuve de cette mise à distance radicale (il participera quand même le 11 octobre à un match de gala avec le Variétés Club de France), il a changé cet été de numéro de téléphone alors qu'il avait le même depuis près de vingt ans, confiant à des intimes : « Trop de gens avaient mon numéro. » Voilà en partie pourquoi dans l'entourage « golfique » du joueur, on est persuadé que Blanc va prendre une année sabbatique (il a pris quelques engagements sur des tournois de golf à l'étranger début 2017), pour profiter des siens, régler quelques affaires immobilières à Montpellier (cet été, il a investi en Espagne) et parfaire son « putting », comme à la mi-septembre lors de l'Evian Championship. « Il a un oeil de lynx et voit toutes les pentes ! », assure son prof de golf.

Et ainsi continuera-t-il sa vie de paisible nanti, en attendant royalement qu'un grand d'Europe lui déroule le tapis rouge en fin de saison. À moins que : « Là, O.K., il prend du bon temps, mais "Lolo", je le connais, nous confie un ancien coéquipier. Il va vite avoir des fourmis dans les jambes. Je l'ai vu récemment. Je l'ai senti serein mais impatient de retrouver les terrains. Alors s'il y a une bonne opportunité en hiver, il la saisira car il aime trop son métier. Moi, je le verrais bien reprendre la sélection anglaise maintenant que Sam Allardyce a démissionné ! (Pour des faits présumés de corruption) » Retrouver bientôt son métier, le terrain, le pouvoir, la touillette... Le 17 septembre, alors que, pour la première fois depuis son licenciement, il assistait au match Bordeaux-Angers (0-1) aux côtés de Bernès. « J'ai été surpris de le voir dans les tribunes, confie l'un de ses copains de longue date. En général, il reste en famille. Est-ce que le terrain lui manque déjà ? » Ce jour-là, Bernès, « qui n'avait jamais vu le stade Matmut Atlantique, est allé frapper à la porte de la maison de Laurent Blanc pour l'inviter à l'accompagner au match », raconte un suiveur des Girondins, présent près d'eux. Et Blanc ne s'est pas fait prier.

Et si l'OM de Frank McCourt venait frapper à sa porte dans les semaines à venir, que dirait-il ? « Je ne le vois pas du tout aller à Marseille, nous dit un ami proche. D'abord parce que Franck Passi est son grand copain et ensuite parce que, même s'il y a joué, il n'est pas trop fait pour cette ambiance et ces supporters. Lui, ce qu'il veut, c'est un très grand club européen. » Un club qui peut se payer Neymar ou Cristiano Ronaldo, ou une de ces stars XXL. « Si j'étais resté au PSG, j'aurais tout fait pour convaincre les dirigeants de faire venir un grand joueur, confiait-il récemment. Mais comment voulez-vous qu'une star du Real ou du Barça vienne au PSG ? » Maintenant, il peut rêver de venir à eux.


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 18:29 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Oui mais même le débat sur la concurrence est pas forcément juste, parce que tous ne rêvent probablement pas des même choses, et ensuite on en revient au même, la concurrence pour le boulot existe partout, et encore plus que le dit boulot est globalement perçu comme sympa.

Une reconversion calme et difficile Laughing Laughing Laughing enfin je vais arrêter là tant cela ne repose sur rien et ne veut rien dire. Il est juste hyper tôt pour parler de sa reconversion, dans le sens bilan. Et difficle de porter un jugement quand on ne connait pas ses aspirations. tant qu'à ses occupations c'est encore une fois totaleme,t gratuit...
je reviendrai juste développé justement sur les diverses relations et les nombreuses incertitudes que l'on peut avoir...

La comparaison avec blanc me fait bien rire quand même. Laurent blanc est totalement adulé et protégé par les médias français qui torpille son successeur. Il est totalement dans le petit milieu du foot français, et cet article rempli d'envolée n'échappe pas à cette règle. parce que faut voir l'empleur des propos et l'absence de contradiction. Je ne dis pas qu'il n'a pas été triste de la situation ou qu'elle ne fut pas compliquée à vivre mais que cet article brodes énormément aussi. La clause de non dénigrement au contraire il est sûre qu'elle existe... après l'application est toujours ambigue et après à part aller devant la justice tous les 4 matins ou d'avoir l'orgueil ou l'ultrasuscpetibilité de blanc, c'est pas forcément un truc dont tu vas te plaindre. Et je doute que leurs personnalités se ressemblent réellement... blanc est un personnage bien plus obscur que ce que ses amis journalistes de l'équipe peuvent en écrire et qui utilise les médias pour faire passer ses messages. 90% de chances que cet article soit une commande.


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 19:10 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Donc pour en revenir au sujet. Je vais en vrac donner pls exemples, en précisant que c'est une vision très subjetcif, que je ne mets rien de négatif ou positif dérrière le terme ambtion, et enfin évidemment qu'il manque tellement d'élément que les certitudes n'existent pas.

Ascione me semble être une réussite, parce que ce qu'il fait aujourd'hui me semble correspondre  à sa personnalité, vocation à être entrepeneur, travaille avec des amis. envie probablement d'avoir un vraie business très conséquent en terme financier, bon après allinacademy a un site mais je n'ai pas encore pris le temps de bien le parcourir et as sûre qu'il y ait des précisions plus que cela non plus. Probablement qu'il y a plusieurs année, on aurait pas imaginé le voir là....  en terme business rien d'anormal et même au contraire des évidences, diversifiés son activité pour limiter les risques, et chercher à renforcer, développer sa position dans le tennis. On est dans un système de concurrence international, attiré du top joueur français n'est forcément évident, il y a également la concurrence de l'académie de mouratoglou, bref, il a intérêt à enrichir et développé ses possiblités. Pour être attarctif pour des agents de joueurs par exemple (et donc leur joueur), des entraineurs, etc..
Il fait partie des académies comme il y en a plusieurs en france, avec probablement une ambition assez élevé. Il y a des incertitudes forcément, il faudra voir si l'équipe en place sera performante sur la durée, qui ils pourront recruter, mais cela semble évidemment sympa pour lui. Après conflits, etc... sont tjs possible dans le business. Comme je pense que son association avec tsonga fonctionne réellement.

escudé, il a l'air d'avoir trouver sa voie avec le coaching mentale, après je ne sais pas si il intervient à la allinacademy uniquement, ou ailleurs, etc... il débute dans la profession donc faudra voir. Comme cela c'est cet aspect de sa reconversion qui me semble le plus essentiel pour lui (pas forcément financièrement d'ailleurs mais plus pour le côté là où il va investir son temps quotidien), à voir où et avec qui il pratiquera ce métier et si il s'y épanouira. Mais aucune idée d'où il en est actuellement.

Leconte : typiquement cela me semble loin de ses ambitions (à mon avis bien plus entrainer un monfils ou conseiller un grand joueur,etc..), mais il doit bien s'amuser quand même. Il semble que le padel marche, il a avancé sur l'autisme, il a changé de femme aussi, il est installé sur eurosport autant qu'on puisse l'être dans ce métier. Et je ne le vois pas particulièrement non plus, lui avoir une ame d'entrepreneur, de grand dirigeant, etc... bref, je dirai comme cela qu'il a une reconversion qui lui convient. Sans vivre pour autant son rêve non plus (la cd par exemple).

llodra me semble pour l'instant en mode et c'est logique, je fais un peu de tout, un peu partout avec sans doute du temps libre pour profiter de la retraite. Difficile de dire si cela peut coninuer 5/10/15 ans pour lui comme tu le dis commentateur par exemple, cela comporte des incertitudes, mais c'est pareil pour les exhib, etc.... Après il peut sans doute vivre trnquillement plusieurs années comme cela.
Après, bah c'est là où c'est impossible de répondre, il peut se plaire comme cela, il peut avoir des opportunités ou pas, il peut développer n aspect ou un autre dans ses activités actuelles, il peut aussi avoir un changement de vie perso, etc...
Je veux dire, il conseille des gamins dans le club de bordeaux, si j'ai bien compris un peu comme cela pour le plaisir, bon il peut en rester là, pendant même des années, comme vouloir développer cela.
Pour le vin, c'est une passions, il peut y consacrer encore plus de temps, en vivre, cela dépends de pas mal de choses, il fait du businnes mais difficile de dire le temps que cela lui prends. des sportifs qui ouvre un hotel ou un resto il y en a. Maintenant tu peux y être de passage ou y travailler à temps plein (cela dépend souvent aussi de a famille)
Bref, très vaste en faite. surtout que rien ne dit qu'il soit obligé de travailler plus que cela non plus. Comme cela je ne le vois pas monter un projet type académie, mais je le vois bien s'investir plus soit dans le vin, soit en entraineur mais avec des amis, mais pas en étant le chef.

Pitko tu vois aussi qu'elle a trouvé sa voix dans la comm, et qu'elle a de l'ambition dans le domaine, c'est bien différents que son mari qui entraine à la fédé je crois, mais c'est un métier autour du tennis.
Bon après je ne maitrise pas et elle peut changer mais je la vois comme une kamoune en natation, conseiller comm, agent, voir dir comm de la fédé.

delaitre est exilé en corée du sud pour entrainer. Impossible de savoir si il s'y plait. On peut juste dire que cela montre qu'en france il n'a pas trouvé une place qui lui correspondait. enfin oui à un moment mais plus après.

pour les entraineurs de la fédé, franchement compliqué de savoir si ils s'y plaisent ou pas...
Planque semble d'y épanouir mais après la vie en partie à dubai, les sacrfices familiaux faut le vouloir. Et lui semble avoir  pas mal de libertés dans son approche pédagogique, et avoir trouvé un joueur avec qui l'entende est excellente. A voir dans 5/10/15ans. Mais c'est un exemple de réussite pour lui et pas forcément pour tous et qui est aussi selon moi du à sa liberté.
Je ne sais pas dans quelle mesure tous les entraineurs de fédés sont libres... certains doivent pas avoir bcp d’occasion de développer leurs propres idées. Mais là encore cela convient sans doute bien à certains et pas à d'autres. tulasne typiquement me semble bien aigri. On peut aussi préférer entrainer tel ou tel type de joueurs, âge, sexe, niveau.

Dans un autre genre obry en escrime, il part en chine 4ans sans sa femme et ses enfants (qui le visiteront juste)... Faut avoir la personnalité pour, et les compétences aussi pour que la chine veuille vous recruter. Mais c'est vraiment un truc lié à la personnalité. En france, il voulait bien le garder (et il aurait eu un peu d'argent quand même) mais le dtn 'emmerde et lui veut être complètement libre. Or en chine en plus de l'argent, visiblement il te donne les moyens plus qu'en france mais surtout pendant 4ans personne ne te dis rien et tu fais tout ce que tu veux. Après selon les résultats aux JO il souhaites te garder ou pas mais entre tu es libre comme l'air et pas en france. Docn après faut adorer son métier, faut avoir une structure familiale qui te le permets et toi même prendre beaucoup de plaisir dans ton métier pour compenser les absences. C'est aussi une question de vision financière probablement avec en 4ans de quoi après être plus libre dans ses choix. Mais c'est aussi une question d'ambition, lui il veut aller au bout de ses idées de coach, mettre en place les choses de A à  Z comme il le souhaite et cela en france même en étant champion olympique c'est impossible. Mais ce genre de projet faut avoir pleins de caractéristiques pour que cela te plaise et que tu t'y épanouisse.


et pour finir pour l'instant car j'ai plus trop d'idées.
grosjean typiquement c'est compliqué à dire. Il réussit sa reconversion financièrement. Il semble s'amuser en consultant car s'entend bien avec l'équipe de bein§ Après sa vie perso, là dedans aucune idée., Niveau coach est-ce qu'il se fait si plaisir que cela ? franchement j'en sais rien. Perso ce poste-là en dehors de l'aspect financier ne me fait pas rêver et c'est pas parce que c'est richard, mais juste je préfère un pouille, un thiem, etc... et surtout je ne me verrai pas perso rester des années avec un joueur sans réel progression. Mais voilà lui voit certainement le truc différemment, il prends aussi certainement du plaisir à l'accompagner, je ne sais pas précisément leur relation.
Mais bref, tout cela pour dire que l'aspect coach dépend de beaucoup de choses./
Pour sa parite business, propriétaire comme cela j'ai aucun avis tant c'est vaste. Ambassadeur il a l'air de faire son job, après est-ce que quelqu'un le seconde dans l'ombre ou est-ce qu'il fait bien tout lui ? aucune idée, comme cela j'aurai tendance à penser mais c'est sur la base de rien qu'ambassadeur ne prends pas tant de temps que cela.
Directeur de tournoi comme montpellier là je suis plus septique. Après si il est prête nom et prête image et que tous y trouvent leur compte, c'est leurs problèmes.


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 15:55 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

J'ai pas mis l'article pour parler de Blanc mais des similitudes après le licenciement sur le silence, le golf Laughing et surtout cette clause de non dénigrement qu'Arno aurait pu mettre Laughing

Sur les reconversion c'est pas un jugement qu'on doit porter, par exemple oui Ascione est un entrepreneur mon problème c'est que c'est un petit milieu et il n'y pas beaucoup de régulation. est ce la faute au ministere ou autres instances ?

Qu'un coach soit proprietraire du tournoi ou joue son joueur Shocked qu'un coach commente son joueur ou commente alors qu'il coach Shocked C'est sans règles et regne le copinage. Le Business et le sportif se mèlent de façon un peu trop proche Mr. Green

Pour les reconversions, je pense que pour plusieurs le BE c'est le choix de la facilité. On retrouve des boulimiques touche à tout mais qui doive pas aller au fond de beaucoup de leur activité Wink


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Jeu 6 Oct - 18:37 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

J'ai vu que Maxime Teixeira mettait sa carrière en stand bye et qu'il passait le diplome d'entraineur de haut niveau réservé aux anciens joueurs à Roland. La session vient de débuté cette semaine Wink

Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 16:46 (2016)    Sujet du message: Business et reconversion Répondre en citant

Seb Grosjean parle de sa reconversion https://www.rtbf.be/sport/tennis/detail_david-goffin-a-tout-pour-faire-des-…

Citation:
Après votre retraite, vous aviez décidé tout de suite de rester dans le milieu du tennis ? Il n'y avait pas de choix possible, le tennis était votre vie ?

Tout à fait. J'aime ce jeu, ce sport. J'aime également les gens qui y jouent encore. Et les gens qui sont autour, parce qu'il y a beaucoup d'anciens sportifs qui sont restés dans le milieu du tennis. Je ne savais pas dans quel registre aller, mais au moins, là, il y a tout. Je suis avec Richard Gasquet en tant qu'entraineur, je suis dans les médias avec beIN Sport, j'ai joué quelques exhibitions en double. Rester au contact, j'en ai besoin pour mon équilibre, parce que le tennis, c'est ce que j'ai fait toute ma vie, et c'est ce que j'aime.

Il est difficile de ne pas s'ennuyer après sa retraite, et de se trouver une occupation ?

C'est difficile parce qu'il faut déjà "faire le deuil" de sa carrière d'athlète. Mais c'est plus simple lorsque l'on a d'autres objectifs, d'autres défis, et que l'on est assez équilibré. J'ai une certaine stabilité, avec ma femme et mes enfants. Pour moi, cela a été facile. J'ai eu de belles opportunités, et des rencontres m'ont aidé à continuer à évoluer dans ce secteur-là. Et aujourd'hui, je suis épanoui...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:36 (2017)    Sujet du message: Business et reconversion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des supporters d'arnaud clement Index du Forum -> Sur le court -> Interview et Article de Presse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com