Forum des supporters d'arnaud clement



 Bienvenue 


 
Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence
Aller à la page: 1, 2, 310, 11, 12  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des supporters d'arnaud clement Index du Forum -> Sur le court -> Interview et Article de Presse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 25 Mai - 13:22 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

 On en avait parlé Cochennec a fait un article

Citation:

L’histoire date du tournoi de Roland-Garros en 2009 et elle avait secoué à l’époque le service des sports de France Télévisions. Au milieu de la tourmente, Arnaud Boetsch ancien joueur de tennis français, vainqueur de la coupe Davis, devenu consultant pour le service public.

Et au cœur du débat agité: une interview de Roger Federer réalisée dans le cadre de l’émission Stade 2 et pendant laquelle Arnaud Boetsch s’était montré bien onctueux à l’adresse du n°1 mondial de l’époque. En présence de deux journalistes, très effacés lors de la discussion, Boetsch avait couvert Federer d’éloges, lui avouant même dans un élan touchant:
Citation:

«Je t’aime beaucoup, tu le sais».


Des propos probablement sincères sauf que le champion suisse était interrogé à l’occasion par l’un de ses sponsors, Rolex. En effet, Arnaud Boetsch était, au moment des faits (et il l’est toujours), l’un des dirigeants de Rolex dans le domaine du marketing.

Le cul entre deux chaises

A aucun moment, la situation particulière du consultant vis-à-vis du sportif n’avait été mentionnée. Une information qu’il aurait été logique de communiquer au téléspectateur comme il aurait peut-être fallu la rappeler (certes fastidieusement) à chaque fois qu’Arnaud Boetsch a eu à commenter l’une des rencontres de ses clients puisqu’il faut bien les appeler ainsi. Il faut le savoir: la marque suisse de montres de luxe est très présente dans l’univers du tennis avec Jo-Wilfried Tsonga, Juan-Martin Del Potro, Caroline Wozniacki, Li Na, joueurs sous contrat avec elle et qui ont paraphé leurs accords sous le contrôle d’Arnaud Boetsch.

Autre exemple de conflit d’intérêt plus récent dans le monde des consultants sportifs: il pouvait être surprenant, l’été dernier, d’entendre Sophie Kamoun, ancienne nageuse, commenter en direct les courses vers l’or aux Jeux de Londres de Yannick Agnel et Camille Muffat au micro d’Eurosport alors qu’elle est l’agent de ces mêmes champions, qui la rémunèrent pour son travail qui consiste notamment à gérer leur image et à leur trouver des partenaires commerciaux. Elle était encore dans le même rôle lors des récents championnats de France de Rennes.

Arnaud Boetsch et Sophie Kamoun ne sont pas soupçonnables de malhonnêteté dans les deux cas (et ils sont plutôt bons dans leurs fonctions), mais leur position «le cul entre deux chaises», qu’ils sont loin d’être les seuls à occuper, souligne à l’évidence l’ambiguïté du rôle de consultant sportif devenu tellement en vogue à l’heure de l’éclatement des droits sportifs et de la multiplication des chaînes dédiées au sport qui se repaissent de leur expertise.
Comment être parfaitement crédible lorsqu’une même personne assume plusieurs fonctions à la fois et est, parfois, financièrement lié à des sportifs qu’elle «juge» devant des millions de téléspectateurs? Est-elle d’une parfaite neutralité ?

La gêne des journalistes

La situation inconfortable dans laquelle ces consultants se placent met aussi en lumière la difficulté du positionnement du journaliste un peu perdu parfois aux côtés de ces acolytes du micro qui les gênent aux entournures avec leurs multiples casquettes. Cet embarras peut être encore plus prononcé quand le journaliste compose un tandem avec un consultant, porte-étendard d’un prestataire de paris comme Marcel Desailly, payé par BetClic et Canal+, alors que de nombreuses chartes d’événements sportifs internationaux exigent de la part des reporters toute absence de liens avec ce genre de sociétés afin de ne pas profiter d’informations sur le terrain pour parier ou offrir des informations susceptibles d’aider les parieurs.

Pour les journalistes sportifs, signer des chartes est devenu une habitude en la matière. Mais ce n’est pas le problème de Marcel Desailly.
Les exemples de ces mélanges des genres abondent. Certains peuvent être choquants, d’autres le sont moins même s’ils mettent mal à l’aise ceux qui ont une vision relativement pure de l’information à l’image de la tradition anglo-saxonne qui lutte aussi avec certaines dérives.

La plupart du temps, il est, par exemple, évident que lesdits consultants ne peuvent pas être toujours complètement libres de leur parole en raison de liens qui les entravent. Comment Arsène Wenger, sur TF1, certes déjà peu bavard, pourrait-il évaluer avec toute la sincérité nécessaire à l’antenne un joueur d’Arsenal lorsque celui-ci joue pour le compte de l’équipe de France? Ne va-t-il pas préférer le silence à une remarque peut-être négative? Ne risque-t-il pas de nous cacher une information sous le prétexte de protéger le joueur qu’il va récupérer le lendemain dans son club ?

Galthié, Ibanez, Forget et les autres

De la même manière, Fabien Galthié et Raphael Ibanez, consultants de France Télévisions au moment du Tournoi des VI Nations et qui ont des postes éminents au sein des clubs professionnels de Montpellier et de Bordeaux-Bègles, ont-ils toute latitude à propos de joueurs qu’ils côtoient au quotidien? Dans la guéguerre qui existe entre les instances du Top 14 et l’équipe de France qui épuiserait les troupes des clubs professionnels, ne sont-ils forcément de parti pris?
Dans quelle mesure, Guy Forget, qui a accepté des responsabilités au sein de la Fédération française de tennis et qui est consultant pour le groupe Canal+, ne se place-t-il pas dans un équilibre inconfortable et presque intenable en jouant sur de nombreux tableaux à la fois? En raison de ses relations avec la chaîne, un journaliste de Canal+ va-t-il pouvoir l’interroger avec le recul nécessaire et la même audace lorsque Forget revêt son costume de directeur du tournoi de Bercy ?
Et si dans quelques mois, Canal+ se lance dans la course aux droits de Roland-Garros, Forget, au sein de la FFT, sera-t-il un acteur neutre de la négociation? Lorsque Laurent Jalabert était sélectionneur de l’équipe de France, ne devait-il pas respecter un droit de réserve et se passer de ses activités au sein de France Télévisions?
Ces multiples questions, dont la liste est infinie dans bien des disciplines, ont toutes les chances de susciter un haussement des épaules des intéressés qui jureront de leur évidente bonne foi comme les chaînes qui les emploient. «Nous savons faire la part des choses», vous diront-ils.
Un débat qui n'est pas nouveau
Comme s’il était possible de cloisonner, par exemple, des activités rémunérées auprès d’une fédération et de pouvoir critiquer ladite fédération à l’antenne en cas de mauvais résultats ou de mauvaise décision de celle-ci. «Est-il facile de rester indépendant en tant que consultant?», avait demandé L’Equipe Magazine à Bixente Lizarazu. Il avait répondu:
Citation:

«Oui, à condition de ne pas avoir de fonctions institutionnelles. Si vous voulez bien faire ce métier, vous êtes obligé d’être libre. Comme cela peut parfois déplaire, vous pouvez vous fermer quelques portes.»



Lors de la Coupe du monde de rugby organisée en France en 2007, le Syndicat national des journalistes (SNJ) et l’Union des journalistes de sport en France (UJSF) s’étaient ainsi émus «de l’utilisation outrancière de consultants, lesquels n’apportent le plus souvent que leur notoriété et n’offrent pas les garanties d’impartialité demandées aux journalistes.» Arnaud Lecomte, journaliste à L’Equipe et qui a des responsabilités au sein de l’UJSF, nous précise:
Citation:

«La question des consultants a fait l’objet de nombreux débats au sein de l’UJSF lors de leur émergence dans les tribunes de presse dans les années 80-90. Sont-ils des journalistes à part entière, même sans carte de presse? Selon quels critères peut-on les accepter dans les zones presse des stades et des enceintes sportives? Qui peut être considéré comme consultant? Autant de questions qui restent d’actualité. Mais sur le problème des conflits d’intérêt, l’UJSF n’a pas forcément vocation à émettre un avis, n’étant qu’une association de défense des conditions de travail des journalistes de sport et non un comité d’éthique.» 



Le sport professionnel est un milieu où la frontière très fine entre information, communication, droits télé et sponsoring  rend très difficile la pratique du métier de journaliste, pour qui il n’est pas toujours simple de distinguer la ligne jaune. Il arrive même que quelques brebis égarées confondent journalisme et affairisme.

Peu de transparence

Il est évident que l’arrivée massive des consultants n’aide pas à la clarté des choses, d’autant que les amitiés qui se nouent souvent entre le journaliste et le consultant ne poussent pas forcément à la dénonciation de conflits d’intérêt ou aux questions pugnaces sur le sujet. Ce trouble est actuellement ressenti au sein de la rédaction sportive de France Télévisions où Antoine Chuzeville, délégué SNJ, note «qu’il y a un vrai débat au sein de la société des journalistes» du groupe public:
Citation:

«Les consultants sont, bien sûr, utiles et il n’est pas question de le nierMais en tant que journalistes, nous avons un vrai problème de positionnement avec des collaborateurs qui sont liés de près ou de loin à l’économie du sport. Parfois, nous sommes dans l’opacité la plus totale.»


Responsable de l’antenne d’Eurosport France, Jérôme Papin, qui recrute des consultants, estime qu’il doit exister «un contrat de confiance entre le consultant et le media qui l’emploie»:
Citation:

«Lorsque débute une collaboration, nous avons toujours de longues discussions à ce sujet. Et notre rôle de professionnels est d’être à leurs côtés le plus souvent possible afin de les mettre à l’aise et de répondre à leurs questions en cas de doutes. Sophie Kamoun était consultante sur Eurosport bien avant ses fonctions d’agent. En début de semaine, lorsque débute un championnat, il est clair dans son esprit et dans le nôtre qu’elle endosse un nouveau rôle en toute neutralité. A l’inverse, Olivier Dacourt nous a dit qu’il ne se sentait pas de commenter des matches en raison de ses liens affectifs avec différents clubs. Nous le réservons donc pour des émissions de débats.»


Il n’y a pas, évidemment, de solution idéale à ce problème, certes mineur, mais à l’heure de la transparence pour tous, rien non plus n’est complètement anodin dans un univers sportif devenu une véritable industrie aux multiples enjeux…

Yannick Cochennec





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 25 Mai - 13:22 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 25 Mai - 15:53 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Et L'article est intéressant et je partage une partie de ses réflexions, après il mélange pas mal de choses qui selon moi ne sont pas à mettre sur le même plan. Après, je suis d'accord avec lui sur l'idée de fond qui se dégage de l'article, les journalistes au sens large sont de moins en moins libre dans le sport aujourd'hui.

Pour donner un exemple simple, sur les itv des stars en dehors des conférences obligatoires, toutes les autres itv sont souvent négocié ou vienne d'une demande d'un sponsor et l'attachée de presse limite souvent le champ des questions. De plus pas mal de sportifs n’hésite pas à boycotter un média quand celui-ci s'est montré "dur" avec lui. Les itv hors contexte obligatoires sont souvent insipide de part leurs questions, et même dans le cas où le journaliste veut poser une question, le sportif est complètement dans l'ère langue de bois. Cela ne me dérange pas tant que cela qu'un sportif choisisse la prudence, réserve ses opinions au privé, je ne pense pas que l'on ait besoin de tout savoir ou que tout nous appartient. Après il y a un juste milieu et je regrette que les sportifs qui ne disent rien le font aussi trop souvent pour ne pas avoir de pression de leurs petits mondes sportifs, ou de leurs sponsors qui cherche avant tout à lisser leurs images.

Pour la question du consultant, je pense qu'ils apportent une plus-value, qu'à partit du moment où j'aime avoir quelqu'un au profil consultant (ancien joueur, entraineur) il y a forcément des conflits d'intérêts. Mais je ne crois pas au consultant neutre dans tous les cas, on a tous des opinions, des jeu préférentiels, ; il est vraie que cela ne doit pas non plus virer à la subjectivité totale. Ce qui est important, selon moi c'est que l'on reste dans un couple journaliste/consultant, et dans ce duo le journaliste doit être capable de gérer son consultant, de lui poser les bonnes questions, de le faire répondre, de ne pas le garder si il n'arrive pas à être assez neutre. Ce qui me gêne pour donner un exemple ce n'est pas que wenger puisse commenter les match de l'équipe de france, c'est plus l'incompétence de christian jean-pierre, la pub permanente faite par tf1 pour arsenal (et qui rend ce club plus mythique qu'il ne l'est au jeune nourri par téléfoot et ce n'est pas étranger dans le fait de voir autant de français rêver d'arsenal...) et le faite que wenger ne va jamais critiquer sagna. Bref, selon moi sur le principe je ne suis pas contre arsène, le résultat par contre est complètement inintéressant à mon avis. C'est un peu une question à traiter au cas par cas.

Après, le problème est assez vaste et il le dit bien dans l'article, il y a aussi beaucoup d'amitié entre les journalistes et les joueurs ou leurs entourages. En échange d'infos vestiaire/transfert, on surnote un joueur dans l'équipe par exemple. Et le monopole d l'équipe n'aide pas. Là pour moi pour quelques infos au fond inintéressante  : les rumeurs de transfert n'ont pas vraiment d'intérêt, les journalistes pourraient prendre le risque de déplaire aux agents et ne donner que les transferts annoncé par exemple ; ou encore les problèmes de vestiaires, en plus instrumentalisé par les entourages ont 1000 fois moins d'intérêts qu'une analyse d'un match, une remise en question du jeu, de la prépa, etc... Et du coup c'est triste que de voir que pour garder des infos très secondaires, certains journakistes perdent de vue l'essentiel.
Au tennis (et encore plus dans des sports moins médiatisé), il y a sans doute trop de proximité entre les observateurs et les joueurs. Compliqué de gérer la distance entre la proximité nécessaire pour avoir des infos et la distance nécessaire à une meilleure objectivité. Après je trouve qu'en tennis globalement les questions sont posés aux joueurs (dopage, fiscalité), qu'ils sont critiqué aussi même si parfois aussi porer trop tôt aux nues (les mousquetaires avant d'avoir gagner un truc significatif).

Pour en revenir au consultant, je trouve qu'il mélange plusieurs problématiques. Cela me dérange plus quand le lien n'est pas connu majoritairement du public (boetsch). Quand jalabert est sélectionneur cela me gêne moins, tout le monde le sait. Et pour le coup je ne le trouve pas tendre avec les français. Pour arnaud, là c'est un peu pareil le lien est connu, après à voir en pratique, il serait plus simple de le faire commenter des matchs sans français ou les filles Laughing . Je pense qu'il ne sera pas piquant avec les joueurs quelque soit leurs nationalités, et après je ne suis pas fan du bashing non plus. Lionel roux cela ne me choque pas non plus des masses, le problèmes vient après de la gestion des infos qu'il donne à ses amis...
Pour forget, le lien est plus problématique et je rejoindrai plutôt cochennec sur ce point. Même si il ne faut pas être naïf et qu'avec ou sans guy, les négociations pour les contrats télés se font avec des amitiés, des contreparties... Et je ne suis pas fan des cumul de mandat... cela fini par avoir un seul son de cloche dans les médias, des intérêts croisés...
Après c'est vraie qu'il y aurait plus que matière à réflexion sur l'évolution des médias. bein diffuseur au proprio identique à un club, le sélectionneur de l'équipe de france de foot qui a le même agent que certains joueurs (et avec des sélections parfois surprenante de joueur de l'écurie bernès) et plus globalement l'influence des agents dans le foot (la lutte mendès/bernès qui se profile dans le foot français, mendès étant partie à la conquête du marche et s'étant rapproché de monaco et paris avec déjà quelques transferts), les sposnors identiques entre consultant et joueurs, etc...

Je ne comprends par contre toujours pas le problème des paris. A moins que desailly pari avec des infos offisieuse, je ne vois pas le problème. Les stars qui font la pub des paris se contente de donner des conseils assez banal, ils n'ont pas d'intérêts à trop aider le parieur en plus, même si je pense qu'ils donnent plutôt réellement leurs avis. Que l'on interdisse à un journaliste ou consultant sportif de pari, je comprend qu'on l'interdisse de faire de la pub, je ne comprends pas le problème.

En bref, pour moi le consultant est une bonne idée, il faut cependant lui adjoindre un bon journaliste sportif. Et je regrette une évolution vers une trop grande proximité (humaine mais surtout financière) qui n'aide pas les journalistes sportifs à écrire des articles pertinents, avec du fond. Après je pense que globalement il n'y a pas de culture sport en france (pas d'école de pensée tactique, de débat sur la tactique), des émissions de sport vulgarisé, et puis l'équipe qui doit aussi vendre son journal et soit fait dans la polémique à outrance ou donne des espoirs au spectateur pas assidu (chaque année un français peut gagner roland même quand ce n'est pas le cas, on tend à enflammer le truc). On parle des bonnes perfs des français ou des grosses contre-perf mais peu de suivi construit à l'année (suffit de voir comment été évoqué la forme des français avant le quart en argentine, et surtout le fait que l'on aborde que trop peu la forme des argentins, que l'on ne présente pas les joueurs)...


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 25 Mai - 16:18 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Le foot c'est comme les voitures je comprends pas tellement ce dont tu parles  Mort de Rire  

Cochennec a raison sur beaucoup de points mais que Jalabert commente le vélo alors qu'une fois par an il désignait quelques cycliste pour la championnat du monde ça m'a jamais dérangé c'est pas tellement influent sur le commentaire. Ce qui est génant chez Jalabert et son choix par France Télé c'était son rapport avec le dopage. Les consultants vélo qui sont à 80% des anciens dopé pas toujours repentis c'est un très gros problème plus que ce pauvre poste de sélectionneur.

Lizarazu qui bouffe à tous les râteliers dont les site de paris à raison sur la question entre avoir des fonctions fédérales et être consultants mais lui avec son émission radio, ses pubs ses milliers de contrats est pas hors du système pour autant Rolling Eyes   

Un bon consultant hors des institutions c'est pas facile à trouver mais il y en a. Dans le tennis en tout cas les consultants ont tous des affaires qui les mouille.  Entendre Boutter pendant un match parlé de son tournoi par exemple Mr. Green   Arno a une fonction qui pourrait lui demander un droit de réserve mais à la base il est pas virulent sur les autres joueurs donc il dira rien de méchants avec ou sans le titre de capitaine et puis pour le coup son lien est connu du public donc moins problématique pour la transparence.

Cette semaine dans une interview Dominguez qui nous dit qu'il avait arrête pendant qu'il était DTN la blague il était à la télé et à la radio pendant cette fonction Rolling Eyes https://enpleinelucarne.net/2013/05/patrice-dominguez-roland-garros-858

Leurs liens avec les athlètes devraient être annoncés par les journalistes à défauts de trouver des consultants détaché de toutes fonctions. Pour sa présence médiatique pré Roland Arno a été plus que discret on l'a ni vu entendu ou lu

En consultant Pioline et Tulasne sont sur l'equipe télé.


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Sam 25 Mai - 16:49 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Pour le foot pour donner un exemple simple, l'agent du joueur gagne plus d'argent lors d'un transfert sur un joueur que sur une simple reconduction de contart. On parle ici de plusieurs milions d'euros sur des gros transferts et puis dans certains pays les joueurs appartiennent à des personnes privés. (qui le loue au club). Il n'est pas rare qu'un joueur soit sélectionné en équipe du brésil juste pour faire monter sa côte et son prix, l'agent reverse alors illégalement des sous au sélectionneur. En france deschamps à le même agent que pas mal de joueurs, entre une hésitation entre deux joueurs c'est plus logique de rendre service à son pote en sélectionnant son joueur plutôt que le joueur d'un autre joueur. cela permets de gagner plus de sous après de se faire voir. En claire pour résumé les agents contrôle le foot bien plus que les entraineurs ou directeur sportifs. Il n'est pas rare que l'on fasse des packs agents genre ibra qui vient à paris tout comme vanderwiel qui appartien au même agent. Ici, on n'est plus du tout dans le cadre d'un agent qui se contente de négocier  mais qui impose de prendre deux de ses joueurs. si tu veux ibra tu me prends aussi celui-là. C'est un monde de réseaux limite mafieux.

Pour le cyclisme je suis complètement d'accord avec Soulage. Le problème du dopage dans le cyclisme c'est que tout le monde savait (sponsors, diffuseur, journaliste, cycliste) et que tout le monde a fait les surpris sur l’affaire festina (alors que les cycliste se drogue même en soirée à l'époque en tout cas, accroc qu'ils étaient devenus). Il aurait fallu que france télé vire tout le monde et prenne ds gens inconnus, mais voilà pas le courage.
L'autre problème de france télé et pas le moindre, c'est qu'ils manque de sous. Ils ont donc des journalistes sportifs qui couvre tout.  Résultat ce ne sont pas des spécialistes, si avec eux il y a en plus un consultant intéressé, cela ne risque pas de donner quelque chose. Il faudrait plus de pichenné, thoreau, cochennec dans les journlalistes, des gars qui connaissent le tennis qui serait plus à même de gérer les commentaires.

Pour liza cela dépend des pubs qu'il fait, tant que cela n'a pas de lien vraiment direct cela ne me gêne pas. Après je suis d'accord sur la trop grande présence, c'est comme pour les médias en général, quand le gars est en télé, à la radio, dans la presse, on en revient au problème de n'avoir que quelques personnes qui s'exprime et donc pas de richesse de débat.

Comme cela dans le tennis, je ne vois absolument aucun nom qui soit un consultant hors institutions... mais vraiment aucun et comme je ne pense pas que l'objectivité existe je ne vois pas le problème. Le problème vient plutôt du manque de diversité dans les consultants. Et si demain il n'y plus qu'une chaine qui diffuse du tennis, il y aura encore moins de diversité avec un groupe de consultant. Je trouve que sur canal ils sont tous un peu trop du même moule, du coup cela nuit un peu. Après, cela ne les a pas empêché de critiquer arnaud par exemple, ou de poser certaine question alors que pourtant il a des liens avec tous. Quand tsonga ne joue pas bien il le dise aussi, etc...

Pour boutter et sa pub pour metz pour moi cela s'est anecdotique, c'est gênant quand il règle ses comptes perso par contre. Parce que sport plus fait la pub de tous les 250 français dont ils ont les droits de toutes façon, boutter ou pas cela parle des tournois français régulièrement.

Pour arnaud tant qu'il n'est consultant que de façon anecdotique je ne vois vraiment pas le soucis. Même si on verra avec ses commentaires cette semaine comment il gère le truc. Si demain alors qu'il est encore capitaine il se mettait à écrire des rubriques à l'année dans l'équipe, à commenter tous les tournois du grand-chelem, là oui cela serait dérangeant et incompatible à mon avis avec sa fonction.


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 25 Mai - 18:38 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Le cyclisme il y a pas que france télé Eurosport avec Virenque ils font fort  Shocked Les consultants cyclisme c'est du grand n'importe quoi. Trop d'activité c'est pas bien ça donne des Christophe Barbier du foot ou du tennis. Forget et son ami Lizarazu ou Dominguez sont partout sans doute aussi parce qu'ils sont intelligent et savent s'exprimer avec facilité  Wink mais aussi brillant ils soient c'est trop. Lizarazu fait consultant dans tous le support radio, télé presse  Shocked Ca me le rend antipathique  Mort de Rire   Le consultant devrait être consultant d'un seul media
 

Seb Grosjean commente pas Roland car il est sur Canal mais est porte parole de IBM http://pinterest.com/pin/388928117790371430/ Je me demande en quoi consiste sa mission ?


Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Sam 8 Juin - 20:04 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Un autre article sur les consultants

http://www.lexpress.fr/actualite/sport/tennis/roland-garros-consultant-tele…


 
Citation:
Roland-Garros: consultant télé, un job très recherché


TENNIS - Chris Evert, Jim Courier et, côté tricolore, Arnaud Clément, Tatiana Golovin ou encore Emilie Loit. À Roland-Garros, les anciens champions reconvertis en consultants télé sont légion. Mais que nous apportent-ils, à nous téléspectateurs? Et eux, comment voient-ils leur job? Éléments de réponse.


Petite devinette facile: quelle est la reconversion n°1 à Roland Garros pour un joueur ou une joueuse de tennis à la retraite? Gagné: consultant pour la télévision. Logique dans la mesure où ils et elles connaissent par coeur le jeu, les émotions rencontrées au cours d'un match, la préparation physique, les affres de la blessure: bref, ce qui fait un champion. "Moi, j'apporte mon expertise, explique ainsi Emilie Loit, consultante pour Eurosport depuis quatre ans, ma façon de voir les choses, qu'il s'agisse de tactique, de technique ou de l'approche d'un match en Grand Chelem. Ce que je trouve intéressant dans cet exercice justement, c'est que j'ai ma vision des choses."  
Tatiana Golvin qui oeuvre elle sur France Télévisions et Tennis Channel durant la quinzaine, ajoute: "Du coup, si je dis un truc un peu à l'opposé de ce que tout le monde pense, ça passe un peu mieux que si c'est un journaliste qui le dit. J'ai de la crédibilité quand je dis quelque chose même si ce n'est pas spécialement ce qu'on a l'habitude d'entendre." L'ancien joueur ou l'ex-joueuse possède également un je-ne-sais-quoi, au-delà de la connaissance technique ou tactique, dont les chaînes sont preneuses: leur proximité, de fait ou de coeur, avec les champions actuels.  
"Trouver le bon rythme de parole"
"Quand je vais voir les joueurs pour les interviewer, confirme "Tati", c'est avant tout un moment de complicité. Il y a des sourires et c'est plus agréable pour le téléspectateur de regarder des gens qui se connaissent: on va se tutoyer, ça va être plus relax et puis j'ai l'impression que les joueurs, ça les fait même plus marrer de me voir moi qu'un journaliste. Cela leur donne moins l'impression qu'il s'agit d'une partie de leur travail de me répondre." 
Passer de l'autre côté du micro n'est pas inné pour tous, mais certains sont très à l'aise à l'antenne immédiatement. À l'instar du nouveau capitaine de coupe davis Arnaud Clément qui a fait ses grands débuts pour France Televisions lors du Masters 1000 de Monte-Carlo, en guise de préambule à Roland-Garros. "Commenter, je n'ai pas trouvé ça déroutant, analyse "la Clé". Ce qui est le plus dur, c'est plus de trouver le bon rythme, en fait. La manière de parler. Quand il y a des explications à donner, il faut le faire au bon moment, par au milieu d'un point que les gens ont envie de regarder. Et puis on a un temps réduit, il faut essayer d'être concis." 
Vive les ralentis!
"Trouver le bon ton, c'est ce qui me paraissait le plus difficile au début, confirme Emilie Loit. Il faut parfois replacer sa voix. Moi, je sais qu'il ne faut pas que je m'emballe parce que si c'est le cas, je pars dans les aigus et ça fait voix de crécelle! J'ai l'impression que maintenant, j'arrive à peu près à le faire correctement." Des journalistes qui les accompagnent ("être avec des gens qui te mettent à l'aise et en confiance, ça aide beaucoup", souligne d'ailleurs  Arnaud Clément
 ), les consultants apprennent également une autre manière d'appréhender le jeu." Dans ta cabine, poursuit le capitaine des Bleus, tu regardes le match en étant encore plus concentré qu'au bord du court, dans le sens où tu as plein d'informations à ta disposition. Tu as des ralentis et des statistiques que tu peux étudier en même temps que le match et je trouve ça très intéressant car ce sont des infos en plus." Joueur un jour, joueur toujoursUne fois devenus consultants, les ex-champions découvrent également un autre aspect de leur nouveau métier, une facette qu'ils étaient peut-être loin d'imaginer du temps de leur carrière sportive. "Je n'avais pas conscience que ça prenait autant de temps, reconnaît dans un éclat de rire Tatiana Golovin. Je n'ai jamais passé autant de temps dans les tournois de tennis! Je pense que parfois même les journalistes connaissent mieux le tennis que nous, qui avons surtout une approche de l'ordre de l'émotion." Et qui, même devenus consultants, ne quittent jamais complètement leur casquette de joueur. "Quand les Français jouent, je demande à pouvoir aller au bord du court regarder le match, confirme Arnaud Clément. Je serais un peu frustré si je devais rester en cabine commenter tous leurs matches. J'aime bien être au bord du terrain pour pouvoir les encourager!"


 


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Dim 9 Juin - 14:06 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Pour arnaud, j'ai plutôt bien aimé sa quinzaine.
Après, je suis partagée sur le fait de commenter les français. Je pense que si la france est encore en lice en coupe davis l'année prochaine, il préférera de toutes façon suivre les match au bord du court.

Je trouve que ce n'est pas si gênant que cela qu'il s'enflamme pour les français même si par moment cela manque un peu/beaucoup d'analyse de l'autre joueur (genre pendant le tsonga/ferrer où cela parlait à 90% de jo).
Le pire c'est quand il n'y a même pas de français et que cela ne parle que de l'autre (genre là deux pros nadal pour la finale je suis déjà fatiguée et c'était déjà le cas face à djoko).


Revenir en haut
Elsa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2010
Messages: 1 495
Localisation: Clermont - Ferrand (63)

MessagePosté le: Dim 9 Juin - 14:14 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

J'ai l'impression que c'est une "Tradition" que le capitaine de coupe davis comment les match de Roland Garros puisque l'an dernier c'était Guy Forget à la place d'Arnaud et comme par hasard cette année Guy n'a pas commenté même si on l'a vu dans les tribune !

Revenir en haut
MSN
Leslie


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2010
Messages: 5 672
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim 9 Juin - 14:32 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Perso j'ai trouvé Arnaud bon sur cette quinzaine, à l'aise et pertinent dans l'ensemble et je ne suis pas la seule si l'on tient compte du baromètre twitter (qui vaut ce qu'il vaut...). Après bien sur il est très pro français ce qui se comprend mais ça ne l'empêche pas de souligner la qualité de l'adversaire. Je trouve Dominguez bon commentateur, Hénin aussi, Brabant pas trop mal. J'ai plus de mal avec Chamoulaud et Boetch et je ne parle même pas des non spécialistes tennis comme Godard, Montel et compagnie où là on se demande comment c'est possible de laisser les commentaires à des gens qui s'y connaissent aussi peu en tennis. 

Revenir en haut
Soulage


Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2012
Messages: 3 854

MessagePosté le: Dim 9 Juin - 14:41 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Elsa a écrit:
J'ai l'impression que c'est une "Tradition" que le capitaine de coupe davis comment les match de Roland Garros puisque l'an dernier c'était Guy Forget à la place d'Arnaud et comme par hasard cette année Guy n'a pas commenté même si on l'a vu dans les tribune !

Ca fait au moins 6 ou 7 ans que Forget a quitté France Télévisions pour rejoindre Canal Plus. Le duo Chamoulaud et Boetsch est la victime préféré des réseaux sociaux 


Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Dim 9 Juin - 14:49 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Je pense que le rôle sera forcément reproposé à arnaud. Après à voir déjà si roland sera toujours sur france télé et si arnaud acceptera. l'expérience semble lui avoir plu et sur la première semaine cela lu permets de suivre plusieurs match en même temps.

Pour chamoulaud/boestch, je ne suis pas fan des commentaires de réseaux sociaux  (de toutes façon tout y est critiqué) mais que ce soit contre djoko où là, je trouve cela trop, trop pro nadal avec les ouf de soulagement carrément, même si boetsch essyae d'analyser, on voit qu'il a du mal à rester objectif (enfin il dépasse les limites de la subjectivité) et chamoulaud lui il n'a mâme pas les séquences analyses.


Revenir en haut
Leslie


Hors ligne

Inscrit le: 07 Juil 2010
Messages: 5 672
Localisation: Ile de France

MessagePosté le: Dim 9 Juin - 15:00 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

On est d'accord sur le match Djoko/Nadal j'ai trouvé ça "choquant", on peut avoir des préférences mais cette lèche constante envers Nadal est génante. Chamoulaud ce n'est même pas que sur les réseaux sociaux c'est partout (genre forum de france tv, sites de tennis aussi), je ne crois pas qu'il y ait beaucoup d'amateurs de tennis qui l'apprécie il n'apporte aucune analyse technique ou autre, c'est souvent du vent après il est sympathique mais ça s’arrête là, je me demande en quel honneur il est toujours présent après autant d'années alors qu'il est très moyen. 

Revenir en haut
Fine Fleur


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 70

MessagePosté le: Lun 10 Juin - 18:42 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Si Chamoulaud et Boesch avaient manifesté leurs préférence à Djoko? Vous auriez réagi j'en doute...

Revenir en haut
croline


Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2012
Messages: 6 982

MessagePosté le: Lun 10 Juin - 19:15 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Faut pas se placer en victime finefleur. Surtout que pour le coup djoko ou nadal, je n'ai pas vraiment plus que cela de préférence. J'ai préféré la partie quatrième fin de set et début du cinquième de djoko et le début de match de nadal par exemple lors de leur dernier match... et espérant voir tsonga en finale j'aurai préférée voir djoko en finale mais pas plus que cela...
en plus j'ai plus de sympathie "humaine" pour rafa que pour djoko pour pleins de raisons...

Et sur le tennisman, il y a des choses que j'aime, d'autres qui me pose question (car oui son retour et l’enchainement des match me pose questions...) mais plus que nadal, j'espère garder la diversité et les oppositions de styles mais nadal en soit ne me pose pas de soucis. Et j'ai beaucoup de respects pour pas mal de chose et notamment son mental.

Il n'empêche que les commentaires qui frôlaient parfois le ridicule m'ont gêné surtout que pour boestch  ce n'est pas dénué d'intérêt.
Comme cela m'a agacé qu'en finale nadal ne prenne pas d’avertissement pour dépassement de temps (comme les filles en finale) mais cela aurait été pareil avec n'importe quel autre top player (et djoko en premier lieu). parce que cela démontre encore une fois que les arbitres sont spar les top players, et qu'après la demi le clan nadal s'est plaint et que hop du coup on se couche. mais là c'est le système qui me dérange pas rafa.

Bref, tout cela pour dire qu'on peut aimer ou ne pas aimer des aspects sans pour autant que ce soit par une vision fanatique, stupide des choses. On peut aussi aimer un autre tennis que celui de rafa... ce n'est pas mon cas, c’est l'opposition de style qui me plait.

et au passage arnaud avec tsonga je trouve aussi que parfois il en fait trop, mais je crois que le chauvinisme est inévitable même si plutôt bienvenu à petite dose. Là, le problème c’est que c'était trop et en demi et finale avec en face d'autres grands joueurs qui méritaient un peu plus de respects dans les commentaires que pour caricaturer un ah la le debreak c'est grâce à rafa qui s'est déconcentré.


Revenir en haut
loulou


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2010
Messages: 3 483

MessagePosté le: Lun 10 Juin - 19:33 (2013)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence Répondre en citant

Moi personnellement je préfère Nadal, j'étais pour lui. Pas que je l'adore, mais j'aime pas djoko, mais j'ai regarder le match en replay et les commentaires m'ont gêné aussi. Par moment c'est trop. quand il y a un français je comprend un peu, on est en France... Dans une certaines limite c'est tolérable, mais là c'était exagéré. 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:57 (2018)    Sujet du message: Consultants sportifs: pourquoi il faut plus de transparence

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des supporters d'arnaud clement Index du Forum -> Sur le court -> Interview et Article de Presse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 310, 11, 12  >
Page 1 sur 12

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com